19 janvier 2012

Ne fût-ce qu’une seule âme

Dans Doctrine et Alliances 18, Jésus nous enseigne combien Dieu nous aime, Il nous exprime la joie qu'Il ressent lorsqu'un Homme se repent, et nous demande d'inviter tous les Hommes à se repentir.

Et comme sa joie est grande pour l'âme qui se repent ! C'est pourquoi vous êtes appelés à inviter ce peuple au repentir. Et si vous travaillez toute votre vie à appeler ce peuple au repentir et que vous m'amenez ne fût-ce qu'une seule âme, comme votre joie sera grande avec elle dans le royaume de mon Père !
D&A 18:13-15

Pouvez-vous imaginer le moment où vous serez en la présence de votre Dieu, empli d'amour, accompagné des personnes avec qui vous avez partagé l'évangile ? Un moment d’immense joie et de bonheur.
Mais ma question est : Si nous ne devions amener qu'une seule âme à Dieu, laquelle serait-ce ? En vérité je vous le dit, l'âme que vous devez vous efforcer d'amener à Dieu est la votre ! Le dicton dit "Charité bien ordonnée commence par soit même", et bien que je ne soit pas tout à fait d'accord en ce qui concerne la Charité, je pense qu'il est vrai que nous ne pouvons appeler les autres au repentir si nous ne faisons un travail sur nous-même. Nous pouvons aider les autres à nous rejoindre à notre hauteur, mais nous ne pouvons les pousser plus haut.
Souvenons-nous de combien Dieu nous aime, et combien il souhaite nous avoir auprès de lui. Chacun d'entre nous !

12 décembre 2011

Papa scrute l’horizon

C'est dans l'évangile selon Luc que nous trouvons la parabole de l'enfant prodigue. Dans cette historie, le Christ met en scène deux frères vivant chez leur père. Le plus jeune demande sa part d'héritage à son père, et s'en va vivre dans un pays éloigné. Il dissipe son argent et vie dans la débauche, puis vient une famine. Il retourne alors chez son père, espérant que celui-ci le prenne à son service.
Au retour de son fils, le père est ému de compassion, et sûrement de joie. Ce qui me touche particulièrement, c'est l’attitude du père lorsque son fils arrive.

Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut ému de compassion, il courut se jeter à son cou et le baisa. Luc 15:20

Le père ne voit pas son fils arriver de loin par hasard. Il l'attendait, espérant son retour depuis tout ce temps. Et lorsque le jour vient où, scrutant l'horizon, il aperçoit son fils, il est ému de compassion.
Notre Père céleste agit de même envers nous. Nous sommes tous des enfants prodigues. Lorsque nous refusons de suivre ses enseignement, nous nous éloignons de sa demeure. Mais il ne nous oublie pas. Il nous aime d'un amour infini, et il attend, le temps qu'il faut, que nous nous tournions à nouveau vers lui. Et lorsqu'il nous voit nous approcher de lui, il vient nous chercher là où nous sommes et nous offre tout son amour.
Comme le fils prodigue, retournons vers notre Père. Nous pensons parfois ne pas être digne de Lui, que nous ne pouvons être plus que son serviteur. Mais il nous aime, et nous souhaite à ses cotés. Retournons à Lui.

11 décembre 2011

Il essuiera nos larmes

Dans l'Apocalypse, Paul nous raconte sa grande vision. Dans le chapitre 21, il nous parle du retours en gloire de Jésus. Au verset 4, Jésus fait une chose qui me touche particulièrement :

Il essuiera toutes larme de leurs yeux, la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ne cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Apocalypse 21:4

Imaginez-vous le Christ s'approchant et vous essuyant les larmes ? C'est un geste très intime, et empli d'amour. Un bel acte de consolation, que seul un papa, un frère ou un ami très proche ose faire.
Jésus est notre grand frère, il nous aime, et il nous consolera lorsque nous en auront besoin.